Que représente l’éléphant ?

L’éléphant est un animal imposant par son corps, mais doté d’une vive intelligence, et vraiment très pacifiste.

Il est malheureusement aujourd’hui considéré comme une espace en voie de disparition, à cause du braconnage, de la déforestation et de l’industrialisation.

On distingue principalement l’éléphant d’Asie et l’éléphant d’Afrique, mais les deux espèces sont bien différentes ! L’éléphant d’Asie mesure rarement plus de 3 mètres et pèse généralement moins de 3 tonnes. Il a de petites oreilles et ses défenses sont souvent courtes et légères (et parfois même inexistantes). Le bout de sa trompe n’est formé que d’un seul doigt. Alors que l’éléphant d’Afrique, lui, peut parfois mesurer plus de 3,5 mètres de hauteur et peser jusqu’à 4 ou 5 tonnes ! Ses oreilles sont si grandes qu’il peut les déployer quand il a besoin de perdre de la chaleur ou quand il veut intimider son adversaire. Il est muni de défenses longues et puissantes, et l’extrémité de sa trompe compte deux doigts.

Domestiqué depuis plus de 4500 ans, l’éléphant asiatique fut d’abord utilisé pour se déplacer ou pour travailler. Aujourd’hui, l’homme s’en sert surtout dans l’industrie touristique. Il est le plus grand animal terrestre vivant sur ce continent.

L’éléphant a toujours été symbole de sagesse supérieure. Il est aussi associé à la mémoire (« une mémoire d’éléphant ! »), la longévité (il peut vivre jusqu’à 86 ans !!!), la prospérité, la puissance et la bienveillance.

En Inde il représente les quatre piliers du monde et il porte le monde sur son dos.

Dans la religion Hindoue, Ganesh, le dieu de la sagesse et le patron des étudiants, a une tête d’éléphant. C’est le fils de Shiva, une des divinités principales de l’Inde et dieu du Cosmos.

On retrouve souvent l’éléphant dans les cérémonies religieuses ou il tient une place privilégiée.

Arasia vous propose de nombreux articles éléphants, tentures, tabouret, statues, décoration… etc, que vous pouvez trouver ici !

La mode ethnique, le sarouel et la marque ARASIA

La mode ethnique est un ensemble de critères vestimentaires qui nous emmène en voyage autour du monde !

C’est une mode qui se veut authentique, naturelle, et porteuse de sens, avec un goût prononcé pour l’exotisme.

Elle s’inspire des tenues traditionnelles des diverses ethnies africaines, asiatiques, ou d’ailleurs… C’est un mélange de nombreux styles et elle présente une grande diversité, mais on peut dégager quelques caractéristiques principales :

  • Les vêtements ethniques sont souvent colorés, voire bariolés, avec des franges, des plumes, des perles, …
  • Les tissus présentent des motifs géométriques ou stylisés tels que des éléphants, des personnages, des arbres, des fleurs, des animaux…
  • Les bijoux sont en matériaux souvent bruts et naturels tels que le bois, le cuir, la corde, agrémentés de petits coquillages, de petits miroirs, de pierres semi-précieuses et/ou de métal.
  • La mode ethnique est en général fait main et issue d’un savoir faire traditionnel ancestral pratiqué par les tribus, ethnies et artisans du monde.
  • Elle est d’inspiration à la fois traditionnelle et moderne, elle mélange souvent les styles et les vêtements issus de cette mode sont souvent des pièces uniques et originales.

Ces codes vestimentaires traditionnels sont aujourd’hui repris par des créateurs de mode et ont été remis au gout du jour. La mode ethnique peut être chic ou bon marché, mais elle est toujours chargée de signification, de symbolisme et d’histoire…

Arasia vous propose des vêtements inspirés des ethnies d’Asie, comme les Hmong qui vivent dans les montages entre la Chine, le Vietnam, la Thaïlande, et dont les imprimés sont très particuliers et originaux.

 

Nous vous proposons le fameux pantalon thaïlandais, auquel nous avons consacré un article de blog ICI.

Ainsi que de très nombreux sarouels, foulards, ponchos, chemises en coton, etc !

 

Visitez notre boutique ethnique ARASIA

Shiva Nataraja le dieu de la danse

Le dieu hindou Shiva est connu sous de nombreuses formes et de nombreux noms.

L’une de ses manifestations est Shiva Nataraja. Sous cette forme il incarne le danseur cosmique qui rythme l’univers tout entier, en alternant les phases de création et de destruction.

En sanskrit, « nata » signifie danse et « raja » signifie roi.

La danse est considérée en Inde comme un moyen pour parvenir à l’extase et de s’unir avec le divin. Shiva Nataraj est le dieu de la danse et il est vénéré par les musiciens et les danseurs de l’Inde.

Le temple de Nataraja situé a Chidambaram (60 km au sud de Pondichery) lui est entièrement dédié. Dans la pierre de ce temple sont sculptées les postures du Bharata Natyam, la danse classique sacrée du sud de l’Inde, directement inspirée de la danse sacrée de Shiva. Selon la légende, ce temple a été construit sur le lieu ou Shiva dansa le tandâva devant les sages de la forêt de Dârukavana.

Le tandâva  est « la danse de la félicité » qui créé et recrée l’univers à l’infini. Cette danse cosmique symbolise le renouvellement périodique du monde.

Pour les hindous, la danse est plus ancienne que le monde lui-même, car c’est la danse de Shiva qui crée le monde. Danser est aussi le plus beau moyen de plaire à son dieu. En dansant on laisse libre court à son inspiration, sa créativité, et on se met en harmonie avec les vibrations de l’univers.

Cet aspect de Shiva montre son énergie infatigable, qui peut être active ou passive, statique ou dynamique, tournée vers l’exterieur ou l’interieur, car ce qui se joue dans l’univers se ressent aussi dans l’intimité de l’être et si Nataraj est le danseur cosmique, il est aussi le Dieu qui danse dans le coeur de l’homme.

Plus d’infos sur le symbolisme de Nataraja ici.

 

stikers-shiva

 

Les wuxing ou les 5 éléments

Les wuxing sont les cinq (wu) éléments (xing) chinois, un vaste système de classification qui régit tous les éléments et les phénomènes, tant au niveau du cosmos que de l’être humain.

Ces cinq éléments (ou phases ou mouvements) constituent avec le concept fondamental du yin et du yang, et la notion de Qi, la base de la pensée chinoise traditionnelle.

A chacun des cinq éléments est associé une couleur, une note de musique, une planète, un animal, un organe, un point cardinal, une saison, une émotion, etc…

La théorie des cinq éléments tente de donner une signification profonde à tous les mouvements du monde, et les cycles de la vie et de l’univers. Toute chose existante est soumise à des cycles de création et de destruction.

LE CYCLE YANG (engendrement / création) :
Le bois nourrit le feu,
Le feu nourrit la terre,
La terre engendre le métal,
Le métal crée l’eau,
L’eau crée le bois

LE CYCLE YIN (domination / destruction)
Le bois étouffe la terre
La terre sèche l’eau
L’eau éteint le feu
Le feu fond le métal
Le métal tranche le bois

Les cinq éléments apparaissent selon un certain ordre. En premier nous allons trouver Jin (métal), ensuite Mà (bois), Shui (eau), huà (feu) et pour terminer Tà (terre)

Les cycles de création et de destruction dans lesquels interagissent ces 5 éléments se complètent et existent ensemble simultanément.

Les wuxing sont concus comme des substances premières naturelles, possédant chacune leurs propriétés dynamiques intrinsèques, et qui participent ainsi au bal permanent des phénomènes du monde.

Ainsi, il est dans la nature intrinsèque de l’eau de couler (vers le bas), et de mouiller. Il est dans la nature intrinsèque du feu de s’élever (vers le haut) et de brûler. Le bois peut être couché et redressé. Le métal est docile et peut accepter la forme qu’on lui donne. Et la terre a pour essence première de se prêter à la culture et à la moisson.

Cette théorie chinoise des cinq éléments a ainsi réussi à unifier une multitude de phénomènes différents, à établir des inter-relations entre eux, et à leur donner une signification profonde au sein de l’univers. Les mouvements perpétuels entre ces éléments doivent être équilibrés et leurs énergies ne doivent être ni en excès ni en insuffisance, car sinon un dérèglement apparaît.

Si un des éléments est en excès, son énergie affaiblira l’élément qu’il contrôle, ou au contraire augmentera excessivement l’élément qu’il engendre. Exemple l’énergie en excès du métal épuisera l’énergie bois et augmentera démesurément l’énergie de l’élément eau.

La bonne proportion de chaque élément est garante de l’équilibre de l’univers et de l’harmonie de la nature.

Un peu d’histoire:
Il paraîtrait que la succession des dynasties chinoises réponde à  la succession des cinq éléments ou cinq phases. Et, à chaque fois qu’un nouvel empereur accède au trône, le ciel envoie un signe de bon augure au peuple terrestre.

Il est dit que lors de l’accession de l’Empereur Jaune, le ciel fit apparaître des fourmis et vers de terre géants. Sa dynastie, celle des Han fut donc associée à l’élément terre. Par la suite, la dynastie Xia fut associée au bois, la dynastie Shang fut associée au métal, et la dynastie Zhou fut associée au feu, et ainsi de suite…

image-4

 

Forest Man, l’homme qui a planté une forêt !

L’île de Majuli est située dans le fleuve Bhramapoutre dans le nord de l’Inde. Dans les années 70 c’était un grand banc de sable menacé par les vents et l’érosion des sols avec une population de 150 000 habitants.

Jadav Payeng est un incroyable défenseur de la nature. Depuis 1979, arbre après arbre, il a planté seul une incroyable forêt, la forêt Molai, dans le but de sauver son île menacée par l’érosion.

Forest Man
Forest Man Jadav Payeng

Aujourd’hui la forêt Molai recouvre plus de 550 hectares. Elle est devenue dense et riche, et abrite de nombreuses espèces animales et végétales dont plusieurs sont en voie de disparition : éléphants, tigres du Bengale, rhinocéros à une corne, vautour …

La forêt Molai a été plantée par un seul homme, maintenant surnommé « Forest Man », il a planté sa forêt sans outils, simplement avec ses 2 mains et sans aucune aide !

Jadav Payeng a consacré sa vie à planter cette forêt, cet homme est un véritable amoureux de la nature, humble et passionné, qui nous montre qu’avec de la volonté tout est possible.

Son combat est loin d’être terminé, comme il le dit lui même : « Il ne le sera jamais. La plus grande menace à laquelle je dois faire face ne provient pas de la nature mais des miens. L’homme a vocation à tout détruire alors que ça devrait être le contraire. Je me battrai jusqu’au bout pour que ce soit le cas».

Et si on prenait exemple et que chacun de nous agissait à son échelle ? Le monde entier pourrait être transformé !

Arasia vous propose de planter des arbres en participant à l’opération 1 euro = 1 arbre, en partenariat avec l’ONG indienne Mass-Education.

Cliquez ici pour planter un arbre !

En savoir plus sur les projets de reforestation parrainés par Arasia.

Bhumibol roi de Thaïlande

Le roi de Thaïlande est mort et le pays est plongé dans l’expectative.
Le roi de Thaïlande RAMA IX alias Bhumibol Adulyadej, est né le 5 décembre 1927 et il est mort jeudi dernier, le 13 octobre 2016. Il a régné sur la Thaïlande pendant 70 ans. Sa dynastie, celle des Rama, succéda à la dynastie des rois d’Ayutthaya et fonda Bangkok comme capitale du royaume en 1782.

images

Bhumibol est vénéré comme un demi dieu et son portrait est omniprésent dans tous les foyers. 90% des thaïlandais n’ont connu que son règne, c’est vraiment le personnage central et unificateur du pays.

Le successeur désigné son seul fils Maha Vajiralongkorn n’est pas très populaire à cause de sa personnalité fantasque et de son manque d’engagement. La plupart des thaïs préfèreraient voir sur le trône sa soeur Maha Chakri Sirindhorn.

Le contexte politique troublé du pays.

Après une forte croissance économique dans les années 85-95, lorsque la Thaïlande faisait partie des quatre dragons du sud est asiatique, c’est aujourd’hui dans un contexte politique troublé que le pays évolue.

Les rapports entre l’armée, les « chemises jaunes » royalistes et les « chemises rouges » pro-démocratiques sont souvent violents. Le pays est en proie à des coups d’état, une censure d’internet et des emprisonnements de journalistes et d’opposants.

Toute opinion défavorable envers le roi ou sa famille peut être punie comme un crime de lèse-majesté selon la constitution thaïe. Son autorité et sa légitimité sont vraiment immuables. C’est le père symbolique de tous les thaïlandais.

Par tradition, le jour de la fête des pères est le jour anniversaire du roi donc le 5 décembre depuis 1946, comme celui de l’anniversaire de la reine est celui de la fête des Mères.

Suite à la mort du roi jeudi dernier, toute la Thaïlande est en pleurs. Il a été déclaré une période de deuil d’un an suite à laquelle le ou la nouvelle souverain(e) sera couronné.

J’envoie toutes mes condoléances au peuple thaïlandais pour ce moment difficile de son histoire, que j’en suis sure, ils sauront traverser avec la sagesse qui les caractérise.

priere-bouddhiste

Arasia une démarche éthique avec les fournisseurs

Arasia a mis en place une démarche éthique vis à vis de la plupart de ses fournisseurs en Asie.

En effet nous sommes soucieux des conditions de fabrication, et du confort des travailleurs. Nous avons voulu visiter les ateliers pour savoir d’où viennent nos produits.

Prenons l’exemple des pantalons thaïs et jupes thaïes qui sont commandés auprès d’un couple de thaïlandais très sympathiques, Bank et Tété.

Ils ont monté une petite affaire de production de vente et d’exportation de prêt-à-porter traditionnel thaïlandais.

Voici Bank, mon contact principal avec qui je communique régulièrement et qui est devenu un ami. Il a monté plusieurs petits commerces du côté de Hua Hin une station balnéaire à 200 km au sud de Bangkok.

Bank fournisseur pantalons et jupes thaies

Les gros paquets à côté de lui contiennent des pantalons et des jupes thaïes commandés par Arasia.

La photo suivante a été prise dans un petit village près de Chiang Mai (Nord de la Thaïlande), au dépôt ou Bank regroupe toutes ses commandes après leur fabrication. De gauche à droite : Cindy la fondatrice d’Arasia-Shop, Tété la femme de Bank et Som la cousine de Tété. Toutes deux gèrent les commandes et la partie administrative de l’affaire.

Les pantalons et jupes thaïes sont confectionnés dans un petit village proche de Chiang Mai par des couturières habitantes du village. Lorsqu’une grosse commande est passée, la plupart des femmes du village sont sollicitées pour donner un coup de main et aider à réaliser la commande dans les meilleurs délais.

Ce partenariat durable avec Arasia assure à ses fournisseurs un revenu confortable et régulier, et participe donc à l’amélioration de leur niveau de vie.

Une relation de confiance s’est établie et Arasia peut ainsi passer des commandes à distance et n’a pas besoin de se déplacer à chaque commande.

Une fois les articles prêts, ils sont regroupés avec d’autres commandes et envoyés en bateau vers la France (par conteneurs). Ce moyen de transport est plus long, mais beaucoup moins polluant que l’avion.

Voici une photo de l’équipe assurant la logistique et les démarches d’exportation en Thaïlande, avec à droite Cindy la gérante d’Arasia.

Arasia importation de Thaïlande

Pour plus d’infos visitez notre site web

et consultez notre charte éthique !

En savoir plus sur le pantalon thaïlandais.

 

Le Sourire Intérieur

A l’origine, une ancienne méthode taoïste de guérison, le sourire intérieur est une méditation extrémement puissante qui commence au niveau des yeux pour descendre dans tous les organes du corps. Les taoïstes utilisent son pouvoir depuis 2500 ans.

On peut aussi le voir comme un concept plus large désignant une attitude souriante et positive envers chaque personne et chaque événement de la vie.

Un sourire détendu, à l’intérieur de nous même, peut dissiper les peurs, les tensions et émotions négatives de la vie.

Les scientifiques ont démontré que le sourire libère des substances chimiques dans le cerveau (sérotonine, dopamine et endorphines) qui provoquent instantanément le bien-être.

Les chinois disent que le visage respire par le sourire.

Le sourire, c’est aussi l’ouverture du coeur, une action volontaire qui a pour effet de ressentir le bonheur en soi.

Mais comment pratiquer le sourire intérieur ?

Il peut se pratiquer à tout moment, et plus vous le pratiquerez, plus il deviendra naturel, comme une façon d’être au monde.

Vous pouvez fermer les yeux, mais ce n’est pas obligatoire. Retrouvez votre calme, prenez conscience de votre respiration et de l’instant présent… vous êtes en vie, vous êtes heureux !

Imaginez les commissures de vos lèvres qui remontent légèrement. Observez ce sourire, laissez la joie vous envahir et se diffuser autour de vous…

On peut aussi visualiser quelqu’un que l’on aime qui nous sourit, et lui rendre ce sourire.

En souriant ainsi, à vous même, aux autres et au monde, vous envoyez des ondes d’énergie positive.

« La joie engendre le sourire,

et le sourire engendre la détente, le calme et la joie.

Pour sourire, je n’attends pas de ressentir de la joie ;

le sentiment de joie peut très bien naître plus tard.

Etant seul dans ma chambre, je me souris parfois.

Je le fais par bienveillance envers moi-même, pour prendre soin de moi, pour me donner de l’amour.

Je sais que si je ne prends pas soin de moi, je ne pourrais pas prendre soin d’autrui.»

Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste militant pour la paix

Autres citations de Thich Nhat Hanh

le sourire intérieur
le sourire intérieur

Bol tibétain : comment le faire chanter ?

Le bol tibétain est traditionnellement utilisé pour la prière, la méditation ainsi que pour des soins thérapeutiques holistiques (guérison par les sons).

Les meilleurs bols chantants proviennent de la région de Dharamsala (Bénarès) en Inde, et sont constitués d’un alliage de sept métaux : bronze, cuivre, étain, zinc, fer, argent et or qui correspondent aux sept planètes du systèmes solaire, aux sept chakras…etc

Le son est obtenu par friction circulaire du bâton autour du bol pour obtenir un son continu.

Comment procéder pour faire chantant son bol tibétain ?

Posez le bol tibétain à plat sur votre main gauche qui doit rester souple (les doigts ne doivent pas toucher le bol). Tenez le bâton avec la main droite, et commencez par donner, doucement et souplement, un ou plusieurs petits coups pour faire sonner le bol.

Ensuite essayez de faire tourner le bâton de façon circulaire autour du bol en appuyant plus ou moins fortement sur le bol.

Les adeptes de jeux de dextérité seront au paradis !

Vous obtiendrez un son très pur qui a des vertus curatives et calmantes.

Le simple fait de faire sonner votre bol est une méditation en soi, car on doit se centrer et être dans le moment présent.

Ce son, incroyablement riche et beau est en fait une harmonique (plusieurs notes) parfois complexe, et qui est caractéristique de chaque bol.

Le bâton peut être en bois ou recouvert de feutre pour un son plus doux.

On peut aussi utiliser un maillet doux pour frapper le bol, ce qui produira un son chaleureux de cloche.

La popularité des bols chantants tibétains est due au son remarquable qu’ils produisent. Ils font partie intégrante de la culture asiatique depuis des siècles.
Les bols chantants peuvent être simples ou décorés de motifs et symboles spirituels (le mantra Om mani padme hum, ou des images de Bouddha).

 

Arasia vous propose de nombreux bols tibétains ainsi que plusieurs modèles de bâtons pour bol tibétain, et des coussins pour bols tibétains.

Vous pouvez venir les admirer dans la boutique à Balma près de Toulouse, ou sur la boutique en ligne ICI.

ldd-singing-bowl-233991_960_720

 

 

 

 

Les banians, ces arbres sacrés

 

Le banian, aussi appelé figuier des pagodes, arbre Bo, pipal, ou ficus religiosa est un arbre majestueux qui peut atteindre 30 m de haut, et plusieurs centaines de mètres de circonférence ! Avec ses racines aériennes qui descendent de sa cime touffue vers le sol, devenant des troncs, et ses feuilles en forme de coeur, le banian invite à  la méditation. En Asie, on en trouve un peu partout : dans les villes, au milieu d’une route, devant un immeuble ou au milieu d’un parking et ils sont entretenus quotidiennement par des dévots venant y déposer quelques offrandes ou faire des prières.

En effet, c’est sous l’ombre d’un banian que Bouddha aurait atteint l’illumination. Et la Bhagavad-Gita en fait l’arbre de la connaissance suprème.

C’est un arbre doté d’une énergie particulière, que l’on trouve très souvent aux abords des temples, et qui peut vivre jusqu’à  1500 ans. Il a le pouvoir de calmer l’esprit, mais aussi de l’emmener très haut vers le ciel.

En Amérique du Sud il est appelé « l’arbre qui marche » car il semble avoir d’énormes pattes d’éléphant qui partent du « tronc principal ».

Quelques banians célèbres :

Le plus connu et le plus sacré se trouve dans la ville sainte de Bodh-Gaya, au nord-est de l’Inde, ou le Bouddha atteignit l’éveil.

Le « grand banian » de Howrah, près de Calcutta en Inde. Son diamètre est de plus de 130 mètres.

Un autre Banyan célèbre est le Dodda Alada Mara à Bangalore.

 

Le banian entre dans la composition de nombreux remèdes ayurvédiques. On utilise sa sève, ses feuilles, ou son écorce.

 

Opération 1 euro = 1 arbre au Bengale !

Reforestation Arasia