ARASIA, pratiquer la méditation

Arasia : pratiquer la méditation

La méditation entre tradition et renouveau.

Longtemps considérée comme l’apanage des sages : la méditation est associée à l’image des grands maîtres spirituels, qu’ils soient religieux ou philosophes.
Aujourd’hui pourtant, la méditation se démocratise : de tous temps très répandues en Orient, les écoles de méditation fleurissent aussi en Occident et ses bienfaits pour la santé physique, morale et mentale sont de mieux en mieux connus et reconnus.

A chacun son expérience !

Parfois spirituelle, parfois laïque, la pratique de la méditation repose toujours sur une technique : il est possible de méditer sur un objet, sur une pensée, sur une action, sur la respiration, sur ses sensations ou simplement sur soi-même… A chacun de faire sa propre expérience et de découvrir ce qui lui convient le mieux : l’essentiel étant de parvenir à centrer son attention afin de s’apaiser, de développer une meilleure conscience de soi-même… et de l’univers !

Un temps hors du temps, un temps pour mieux vivre.

Pratiquer la méditation, c’est s’accorder un temps précieux : un temps hors du temps pour se connecter à sa propre source d’énergie.
Si vous pratiquez la méditation régulièrement, il vous sera chaque jour plus facile de vous connecter à cette source inépuisable afin d’y puiser la force de vie nécessaire pour agir et exister dans le monde.

Pour aller plus loin…

Arasia vous propose des vêtements confortables, des articles de décorations zen, des tentures murales, des statuettes de Bouddha, des encens naturels, des minéraux, des bols tibétains… Pour votre coin méditation !

Le troisième oeil ou 6ème chakra

Le troisième œil correspond selon les traditions orientales au sixième chakra. On le retrouve dans diverses cultures et religions telles que l’hindouisme, le bouddhisme, le taoïsme et la plupart des pratiques méditatives.

AJNA

Nombres d’hindous portent sur leur front un bindi, bindu ou tikal qui symbolise et matérialise le troisième oeil, et son nom sanskrit est « Ajn ».

Mais qu’est ce donc réellement que le troisième œil ?

Regard intérieur

Le troisième œil est une métaphore mystique et ésotérique désignant le regard intérieur, au-delà des yeux physiques, et plus généralement l’éveil spirituel.

Il est situé sur le front, entre les deux yeux. C’est l’autre regard, le vrai regard, celui de la connaissance de soi, et du monde qui nous entoure. Il serait aussi le siège de l’âme.

Glande pinéale

Le troisième œil correspond scientifiquement à la glande pinéale, qui est reliée au nez, aux oreilles, et au système nerveux. Il est connecté à l’hypothalamus, le « cœur » de notre cerveau.

Le siège de l’intuition

Lorsque son fonctionnement est optimal, le troisième œil est source de nombreux dons et capacités : perceptions accrues, clairvoyance, et intuition intense.

On retrouve nos capacités à faire des choix clairs, et à savoir ce que l’on veut vraiment dans notre vie. On est « inspirés ».

Lorsque ce chakra n’est pas fonctionnel, nous sommes hélas plus
égocentriques, intéressés et apeurés. On reste fixés sur nos habitudes et notre sécurité sans réelle possibilité d’évolution. Nous n’arrivons pas à accepter sereinement les aléas de l’existence.

Ouverture de la conscience

L’ouverture du troisième œil élève la conscience, et nous devenons plus lucides.  Nous appréhendons alors sereinement la véritable compréhension de l’essence de l’être humain, et du sens de la vie et de la mort.

Comment activer le troisième œil ?

Son bon fonctionnement serait dégradé par les métaux lourds accumulés dans notre corps, comme le fluor et le calcium. Mais pour activer le troisième œil il existe plusieurs méthodes, vous pouvez par exemple y poser une pierre couleur bleu intense, comme une sodalite, ou le masser avec une goutte d’huile essentielle d’aneth, d’immortelle ou de palmarosa.

Alors, êtes-vous prêts à ouvrir votre troisième œil et à activer votre soleil intérieur ?

Les minéraux et les Chakras

La boutique ARASIA vous propose des minéraux, en pierres roulées, et en bracelets, ainsi que des conseils pour profiter au quotidien de leurs vertus sur le bien-être physique, mental et spirituel.

Une des approches sur les minéraux consiste à les relier, selon leurs couleurs, à un ou plusieurs chakras.

Les chakras sont, selon la médecine traditionnelle indienne, les centres énergétiques d’information et de conscience de nos corps. Ils correspondent chacun à des fonctions particulières.

Le premier chakra (minéraux de couleurs noire ou rouge)

Le jaspe rouge, et les pierres de couleurs rouge ou noire (tourmaline noire, oeil de taureau et de faucon…) sont reliées au 1er chakra, le chakra racine, celui qui nous relie à la Terre.

Ce sont des pierre d’ancrage, très utiles pour nous aider à bien « garder les pieds sur terre » ! Elles nous aident à prendre conscience de notre force intérieure et à nous sentir en sécurité dans la vie.

Le second chakra (minéraux de couleur orange)

La cornaline, l’ambre, et les pierres de couleur orange sont reliées au 2ème chakra, le chakra sacré, celui qui nous relie à nos émotions. Ces pierres nous apportent la créativité et la vitalité.

Le troisième chakra (minéraux de couleur jaune)

La calcite jaune, l’oeil de tigre, la citrine, le jade jaune, et les pierres de couleur jaune sont reliées au 3ème chakra, celui du plexus solaire.

Ces pierres augmentent la motivation et la confiance en soi.

Le quatrième chakra (minéraux de couleurs verte ou rose)

Le quartz rose, l’unakite et l’aventurine sont reliées au 4ème chakra, le chakra du cœur. Elles nous apportent l’amour, la compassion, l’ouverture du cœur.

Le cinquième chakra (minéraux de couleur bleu clair ou bleu vert)

La calcédoine et les pierres de couleur bleu clair ou bleu vert sont reliées au 5ème chakra, le chakra de la gorge et de la communication.

Ces pierres nous aident à nous exprimer, à écouter les autres et à clarifier et organiser nos pensées.

Le sixième chakra (minéraux de couleur bleu foncé)

La sodalite, le lapis-lazuli et les pierres de couleurs bleu foncé, indigo et violet sont reliées au 6ème chakra), celui de l’intuition et du 3ème œil.

Ces pierres nous apportent clairvoyance, équilibre et capacité d’imagination.

Le 7ème chakra (minéraux de couleurs violette, blanche ou or)

L’améthyste, et les pierres de couleurs blanche, or et violette, sont reliées au 7ème chakra, le chakra coronal qui nous relie au divin.

Ces pierres nous poussent à prendre de la hauteur sur les petits tracas de la vie quotidienne, à relativiser, à calmer nos émotions. Elles nous ouvrent à la conscience cosmique, à la spiritualité et au divin.

La litho-thérapie ou comment utiliser vos pierres ?

Une façon très efficace de bénéficier des vertus des minéraux est de les poser, quelques minutes, directement sur le chakra correspondant.

Allongez vous confortablement et disposez un ou plusieurs minéraux de couleur correspondante sur vos chakras. Ceci est la base de la litho-thérapie (médecine douce utilisant l’énergie des pierres pour soigner).

Lors d’un soin de litho-thérapie, il est important de disposer une pierre d’ancrage (tourmaline noire par exemple) au chakra de base (au niveau du pubis, ou entre les 2 pieds), afin de rester bien connecté à la terre.

Il convient aussi de purifier et recharger correctement vos minéraux avant une séance de litho-thérapie.

La litho-thérapie n’est pas une science exacte. Il convient de laisser parler votre intuition pour savoir ce qui vous convient le mieux.

 

 

 

L’arbre de vie : ce symbole mythique

L’arbre de vie est un symbole puissant et ancien, présent dans de très nombreuses cultures de part le monde.

Il représente la connexion symbolique entre toutes les formes de la création, tel un immense arbre généalogique planétaire. Il est souvent représenté dans un cercle.`

L’arbre de la connaissance, lui, relie le monde sous-terrain, représenté par les racines, au monde céleste, représenté par les branches.

L’arbre est un symbole présent dans nombre de religions, de mythologies et de philosophies.

Selon le christianisme, l’arbre est présent dans le jardin d’Eden, c’est le symbole de la vie éternelle et de la connaissance du bien et du mal.

La même notion d’arbre immortel se retrouve dans l’islam et dans le judaïsme. Placé au milieu du Paradis, il perd ses feuilles à chaque hiver et celles-ci repoussent au printemps suivant (représentation du cycle éternel des saisons et de la vie).

Selon le bouddhisme, ‘l’Açvattha’ est un figuier sacré, car c’est sous cet arbre que Bouddha médita et acquit la sagesse.

Chez les hindous, l’univers prend la forme d’un arbre renversé : ses racines partent du ciel, et ses branches et ses feuilles recouvrent la terre. L’arbre sacré des hindous est l’Akshayavat, « le banyan éternel », exemple remarquable du pouvoir divin car cet arbre serait indestructible. Il serait situé à l’intérieur des remparts du fort Allahabad, à la confluence du Gange et de la rivière Yamuna.

Dans la mythologie chinoise, Le ‘Kien-mou’  est l’arbre sacré qui relie les neuf sources (séjour des morts) aux neuf cieux. Grâce à lui, les souverains passent du ciel à la terre et vice-versa. Ce sont les substituts temporaires du soleil pour gérer la vie sur terre.

L’arbre de vie, symbole mythique, est considéré comme un porte-bonheur, un talisman qui nous rappelle d’où l’on vient et où l’on va (nous venons de la Terre pour nous élever vers les cieux).

L’arbre est chargé de symbolisme et imprégné d’essence divine, et de l’étincelle de vie qui lui permet de pousser.

C’est un symbole très présent sur les bijoux, et les tentures ARASIA-SHOP pour son aspect spirituel, mais également car il est très esthétique.

Nous vous proposons de nombreux produits joliment décorés d’arbres de vie comme des tentures, des pendentifs, des bagues, des boucles d’oreilles, etc…

lire notre article sur la fleur de vie ici

Plantez un arbre avec Arasia et Mass-Education.

Shiva Nataraja le dieu de la danse

Le dieu hindou Shiva est connu sous de nombreuses formes et de nombreux noms.

L’une de ses manifestations est Shiva Nataraja. Sous cette forme il incarne le danseur cosmique qui rythme l’univers tout entier, en alternant les phases de création et de destruction.

En sanskrit, « nata » signifie danse et « raja » signifie roi.

La danse est considérée en Inde comme un moyen pour parvenir à l’extase et de s’unir avec le divin. Shiva Nataraj est le dieu de la danse et il est vénéré par les musiciens et les danseurs de l’Inde.

Le temple de Nataraja situé a Chidambaram (60 km au sud de Pondichery) lui est entièrement dédié. Dans la pierre de ce temple sont sculptées les postures du Bharata Natyam, la danse classique sacrée du sud de l’Inde, directement inspirée de la danse sacrée de Shiva. Selon la légende, ce temple a été construit sur le lieu ou Shiva dansa le tandâva devant les sages de la forêt de Dârukavana.

Le tandâva  est « la danse de la félicité » qui créé et recrée l’univers à l’infini. Cette danse cosmique symbolise le renouvellement périodique du monde.

Pour les hindous, la danse est plus ancienne que le monde lui-même, car c’est la danse de Shiva qui crée le monde. Danser est aussi le plus beau moyen de plaire à son dieu. En dansant on laisse libre court à son inspiration, sa créativité, et on se met en harmonie avec les vibrations de l’univers.

Cet aspect de Shiva montre son énergie infatigable, qui peut être active ou passive, statique ou dynamique, tournée vers l’extérieur ou l’intérieur, car ce qui se joue dans l’univers se ressent aussi dans l’intimité de l’être et si Nataraja est le danseur cosmique, il est aussi le Dieu qui danse dans le cœur de l’homme.

Plus d’infos sur le symbolisme de Nataraja ici.

 

stikers-shiva

 

Les wuxing ou les 5 éléments

Les wuxing sont les cinq (wu) éléments (xing) chinois, un vaste système de classification qui régit tous les éléments et les phénomènes, tant au niveau du cosmos que de l’être humain.

Ces cinq éléments (ou phases ou mouvements) constituent avec le concept fondamental du yin et du yang, et la notion de Qi, la base de la pensée chinoise traditionnelle.

A chacun des cinq éléments est associé une couleur, une note de musique, une planète, un animal, un organe, un point cardinal, une saison, une émotion, etc…

La théorie des cinq éléments tente de donner une signification profonde à tous les mouvements du monde, et les cycles de la vie et de l’univers. Toute chose existante est soumise à des cycles de création et de destruction.

LE CYCLE YANG

(engendrement / création) :
Le bois nourrit le feu,
Le feu nourrit la terre,
La terre engendre le métal,
Le métal crée l’eau,
L’eau crée le bois

LE CYCLE YIN

(domination / destruction) :
Le bois étouffe la terre
La terre sèche l’eau
L’eau éteint le feu
Le feu fond le métal
Le métal tranche le bois

Les cinq éléments apparaissent selon un certain ordre. En premier nous allons trouver Jin (métal), ensuite Mà (bois), Shui (eau), huà (feu) et pour terminer Tà (terre)

Les cycles de création et de destruction dans lesquels interagissent ces 5 éléments se complètent et existent ensemble simultanément.

Les wuxing sont conçus comme des substances premières naturelles, possédant chacune leurs propriétés dynamiques intrinsèques, et qui participent ainsi au bal permanent des phénomènes du monde.

Ainsi, il est dans la nature intrinsèque de l’eau de couler (vers le bas), et de mouiller. Il est dans la nature intrinsèque du feu de s’élever (vers le haut) et de brûler. Le bois peut être couché et redressé. Le métal est docile et peut accepter la forme qu’on lui donne. Et la terre a pour essence première de se prêter à la culture et à la moisson.

Cette théorie chinoise des cinq éléments a ainsi réussi à unifier une multitude de phénomènes différents, à établir des inter-relations entre eux, et à leur donner une signification profonde au sein de l’univers. Les mouvements perpétuels entre ces éléments doivent être équilibrés et leurs énergies ne doivent être ni en excès ni en insuffisance, car sinon un dérèglement apparaît.

Si un des éléments est en excès, son énergie affaiblira l’élément qu’il contrôle, ou au contraire augmentera excessivement l’élément qu’il engendre. Exemple l’énergie en excès du métal épuisera l’énergie bois et augmentera démesurément l’énergie de l’élément eau.

La bonne proportion de chaque élément est garante de l’équilibre de l’univers et de l’harmonie de la nature.

Un peu d’histoire…

La succession des dynasties chinoises répondait elle aussi à  la succession des cinq éléments ou cinq phases. De plus, à chaque nouvel empereur qui accèdait au trône, le ciel envoyait un signe de bon augure au peuple terrestre.

Il est dit que lors de l’accession au trône de l’Empereur Jaune, le ciel fit apparaître des fourmis et vers de terre géants. Sa dynastie, celle des Han fut donc associée à l’élément terre. Par la suite, la dynastie Xia fut associée au bois, la dynastie Shang fut associée au métal, et la dynastie Zhou fut associée au feu, et ainsi de suite…

image-4

 

Le Sourire Intérieur

le bonheur c’est l’harmonie entre ce que tu dis, ce que tu penses et ce que tu fais.

A l’origine, une ancienne méthode taoïste de guérison, le sourire intérieur est une méditation extrêmement puissante qui commence au niveau des yeux pour descendre dans tous les organes du corps. Les taoïstes utilisent son pouvoir depuis 2500 ans.

On peut aussi le voir comme un concept plus large désignant une attitude souriante et positive envers chaque personne et chaque événement de la vie.

Un sourire détendu, à l’intérieur de nous même, peut dissiper les peurs, les tensions et émotions négatives de la vie.

Les scientifiques ont démontré que le sourire libère des substances chimiques dans le cerveau (sérotonine, dopamine et endorphines) qui provoquent instantanément le bien-être.

Selon les chinois, le visage respire par le sourire.

Le sourire, c’est aussi l’ouverture du cœur, une action volontaire qui a pour effet de ressentir le bonheur en soi.

Mais comment pratiquer le sourire intérieur ?

Il peut se pratiquer à tout moment, et plus vous le pratiquerez, plus il deviendra naturel, comme une façon d’être au monde.

Vous pouvez fermer les yeux, mais ce n’est pas obligatoire. Retrouvez votre calme, prenez conscience de votre respiration et de l’instant présent… vous êtes en vie, vous êtes heureux !

Imaginez les commissures de vos lèvres qui remontent légèrement. Observez ce sourire, laissez la joie vous envahir et se diffuser autour de vous…

On peut aussi visualiser quelqu’un que l’on aime qui nous sourit, et lui rendre ce sourire.

En souriant ainsi, à vous même, aux autres et au monde, vous envoyez des ondes d’énergie positive.

« La joie engendre le sourire,

et le sourire engendre la détente, le calme et la joie.

Pour sourire, je n’attends pas de ressentir de la joie ;

le sentiment de joie peut très bien naître plus tard.

Etant seul dans ma chambre, je me souris parfois.

Je le fais par bienveillance envers moi-même, pour prendre soin de moi, pour me donner de l’amour.

Je sais que si je ne prends pas soin de moi, je ne pourrais pas prendre soin d’autrui.»

Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste militant pour la paix

« Va lentement, ne te hâte pas, chaque pas t’amènes au meilleur instant de ta vie, l’instant présent »
le sourire intérieur
le sourire intérieur

Happy Bouddha, le Bouddha chinois de la prospérité

Bol tibétain : comment le faire chanter ?

Le bol tibétain est traditionnellement utilisé pour la prière, la méditation ainsi que pour des soins thérapeutiques holistiques (guérison par les sons).

Les meilleurs bols chantants proviennent de la région de Dharamsala (Bénarès) en Inde, et sont constitués d’un alliage de sept métaux : bronze, cuivre, étain, zinc, fer, argent et or qui correspondent aux sept planètes du systèmes solaire, aux sept chakras…etc

Le son est obtenu par friction circulaire du bâton autour du bol pour obtenir un son continu.

Comment procéder pour faire chantant son bol tibétain ?

Si vous êtes droitier, posez le bol tibétain à plat sur votre main gauche qui doit rester souple (les doigts ne doivent pas toucher le bol). Tenez le bâton avec la main droite, et commencez par donner, doucement et souplement, un ou plusieurs petits coups sur la face externe du bol pour le faire sonner.

Ensuite faites tourner le bâton autour du bord extérieur du bol en appuyant plus ou moins fortement sur le bol. Il faut essayer d’attraper le son avec le bâton, et réussir à le conserver avec un mouvement rotatif régulier.

Les adeptes de jeux de dextérité seront au paradis !

Après un peu d’entrainement, vous obtiendrez un son très pur qui a des vertus curatives, purifiantes, harmonisantes et calmantes.

Le simple fait de faire sonner votre bol est une méditation en soi, car on doit se centrer et être dans le moment présent.

Ce son, incroyablement riche et beau est en fait une harmonique (plusieurs notes) parfois complexe, et qui est caractéristique de chaque bol.

Le bâton peut être en bois ou recouvert de feutre pour un son plus doux.

La popularité des bols chantants tibétains est due au son remarquable qu’ils produisent. Ils font partie intégrante de la culture asiatique depuis des siècles.
Les bols chantants peuvent être simples ou décorés de motifs et symboles spirituels (le mantra Om mani padme hum, ou des images de Bouddha).

Arasia vous propose des bols tibétains faits main à Bénarès, ville sacrée de l’Inde, ainsi que des coussins pour bols tibétains.

VOIR NOS BOLS TIBETAINS ET NOS COUSSINS POUR BOLS TIBETAINS SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE

ldd-singing-bowl-233991_960_720

 

 

 

 

Les banians, ces arbres sacrés

Le banian, aussi appelé figuier des pagodes, arbre Bo, pipal, ou ficus religiosa est un arbre majestueux qui peut atteindre 30 m de haut, et plusieurs centaines de mètres de circonférence ! Avec ses racines aériennes qui descendent de sa cime touffue vers le sol, devenant des troncs, et ses feuilles en forme de coeur, le banian invite à  la méditation.

En Asie, on en trouve un peu partout : dans les villes, au milieu d’une route, devant un immeuble ou au milieu d’un parking et ils sont entretenus quotidiennement par des dévots venant y déposer quelques offrandes ou faire des prières.

En effet, c’est sous l’ombre d’un banian que Bouddha aurait atteint l’illumination. Et la Bhagavad-Gita en fait l’arbre de la connaissance suprême.

C’est un arbre doté d’une énergie particulière, que l’on trouve très souvent aux abords des temples, et qui peut vivre jusqu’à  1500 ans. Il a le pouvoir de calmer l’esprit, mais aussi de l’emmener très haut vers le ciel.

En Amérique du Sud il est appelé « l’arbre qui marche » car il semble avoir d’énormes pattes d’éléphant qui partent du « tronc principal ».

Quelques banians célèbres

Le plus connu et le plus sacré se trouve dans la ville sainte de Bodh-Gaya, au nord-est de l’Inde, ou le Bouddha atteignit l’éveil.

Le « grand banian » de Howrah, près de Calcutta en Inde. Son diamètre est de plus de 130 mètres.

Un autre Banyan célèbre est le Dodda Alada Mara à Bangalore.

Le banian entre dans la composition de nombreux remèdes ayurvédiques. On utilise sa sève, ses feuilles, ou son écorce.

Aidez nous dans notre action 1 euro = 1 arbre au Bengale !

Le symbole du Yin et du Yang

Yin et le Yang symbole arasia

Le Yin et le Yang est l’un des symboles fondamentaux de la philosophie chinoise.

Il désigne les deux principes opposés et complémentaires qui caractérisent le monde, par exemple : le bien et le mal, l’ombre et la lumière, le visible et l’invisible, le matériel et le spirituel, moi et les autres…

Equilibre de 2 principes opposés

Cette dualité est garante de l’harmonie et de l’équilibre de l’univers.

Le Yin contient le Yang et le Yang contient le Yin, ils sont inséparables, et l’un n’existe pas sans l’autre.

Le yin

Le Yin est la partie noire du symbole et représente le féminin, la nuit, la lune, le froid, le repos, l’immobilité et l’inconscient.

Le yang

Le Yang, la partie blanche représente l’énergie, le jour, le soleil, le masculin, l’été, le chaud, la mobilité, le conscient.

Yin Yang

Le Yin est le calme et le Yang est l’agitation; le Yin est la semence et le Yang est le fruit.

Arasia-Shop vous propose des produits yin yang : tentures, bagues, portes encens, colliers… Cliquez ici

Pour aller plus loin dans la pensée chinoise : Les wuxing ou les cinq éléments chinois