Om Mani Padme Hum

 

mantra célèbre du bouddhisme nous vous donnons des pistes d’interprétation

Om mani padme hum est le plus célèbre mantra du bouddhisme, il symbolise la grande compassion.

Au Tibet, il est le mantra national, et on le retrouve partout : sur les bannières de prières, sur le seuil des monastères et des maisons, gravé sur les pierres mani, ainsi que sur les flancs des montagnes (car on peut le lire de très loin). Il est aussi répété inlassablement par tous les religieux.

Une origine très lointaine

L’origine de cette formule sacrée au sens mystique remonterait au moins au IVème siècle après Jésus Christ.

Un symbolisme très puissant

Ce mantra est si plein de symbolismes que toute tentative de traduction ou d’explication serait incomplète, mais je vais vous donner quelques explications et pistes de réflexion.

Explications pas à pas

AUM (ou OM) est la syllabe considérée par de nombreuses spiritualités asiatiques comme le son originel, primordial, qui aurait créé l’Univers. Cette syllabe est souvent chantée lors des cours de yoga afin de libérer nos esprits des contraintes quotidiennes.

MANI est la réalité de la vie. Ce terme signifie le joyau, comme un diamant inaltérable, transparent, brillant et d’une pureté parfaite. C’est aussi l’altruisme infini, envers tous les êtres de l’univers et bien sûr envers soi-même.

PADME (lotus) est la sagesse innée, la nature de Bouddha, la continuité entre les racines et la fleur. L’impermanence qui est l’essence même de l’existence. Comme la fleur de lotus, qui plongeant ses racines dans la vase, s’élève vers le soleil pour déployer sa beauté.

HUM veut dire combinaison ou indivisibilité entre le joyau de la vie et la sagesse de Bouddha.

De plus chaque syllabe de ce mantra « Om Mani Padmé Hum » est une semence de libération de l’existence correspondant chacune à une vertu (perfection) et une couleur.

Les semences de libération de l’existence

OM (couleur blanc) correspond au domaine des Dieux. La vertu qui lui est associée est la générosité, semence de l’égalité, qui adoucit les épreuves. Son absence mène à l’orgueil.

MA (couleur vert) : syllabe de l’éthique, et de la bonne moralité, qui apaise les angoisses. Son absence mène à l’envie, à la jalousie.

NI (jaune) : semence de la tolérance, de la patience, et du pardon. Cette syllabe soulage les chagrins. Domaine des humains. Son absence mène à la passion.

PAD (bleu ciel) : domaine des animaux, vertu : persévérance, action: diminue les douleurs. Son absence mène à la torpeur.

ME (rouge) : la concentration, l’effort. Son absence mène à l’avidité.

HUM (bleu nuit ou noir) : le discernement, tempère les souffrances. Son absence mène à la haine.

Conclusion

Les interprétations du mantra Om Mani Padme Hum recèlent d’infinies subtilités et son action bénéfique est puissante et universelle. Le plus important lors de sa récitation est de garder une intention pure.

Voir tous vos articles Om ou Aum dans votre boutique Arasia

 

Le Sourire Intérieur

le bonheur c’est l’harmonie entre ce que tu dis, ce que tu penses et ce que tu fais.

A l’origine, une ancienne méthode taoïste de guérison, le sourire intérieur est une méditation extrémement puissante qui commence au niveau des yeux pour descendre dans tous les organes du corps. Les taoïstes utilisent son pouvoir depuis 2500 ans.

On peut aussi le voir comme un concept plus large désignant une attitude souriante et positive envers chaque personne et chaque événement de la vie.

Un sourire détendu, à l’intérieur de nous même, peut dissiper les peurs, les tensions et émotions négatives de la vie.

Les scientifiques ont démontré que le sourire libère des substances chimiques dans le cerveau (sérotonine, dopamine et endorphines) qui provoquent instantanément le bien-être.

Selon les chinois, le visage respire par le sourire.

Le sourire, c’est aussi l’ouverture du cœur, une action volontaire qui a pour effet de ressentir le bonheur en soi.

Mais comment pratiquer le sourire intérieur ?

Il peut se pratiquer à tout moment, et plus vous le pratiquerez, plus il deviendra naturel, comme une façon d’être au monde.

Vous pouvez fermer les yeux, mais ce n’est pas obligatoire. Retrouvez votre calme, prenez conscience de votre respiration et de l’instant présent… vous êtes en vie, vous êtes heureux !

Imaginez les commissures de vos lèvres qui remontent légèrement. Observez ce sourire, laissez la joie vous envahir et se diffuser autour de vous…

On peut aussi visualiser quelqu’un que l’on aime qui nous sourit, et lui rendre ce sourire.

En souriant ainsi, à vous même, aux autres et au monde, vous envoyez des ondes d’énergie positive.

« La joie engendre le sourire,

et le sourire engendre la détente, le calme et la joie.

Pour sourire, je n’attends pas de ressentir de la joie ;

le sentiment de joie peut très bien naître plus tard.

Etant seul dans ma chambre, je me souris parfois.

Je le fais par bienveillance envers moi-même, pour prendre soin de moi, pour me donner de l’amour.

Je sais que si je ne prends pas soin de moi, je ne pourrais pas prendre soin d’autrui.»

Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste militant pour la paix

« Va lentement, ne te hâte pas, chaque pas t’amènes au meilleur instant de ta vie, l’instant présent »
le sourire intérieur
le sourire intérieur

Happy Bouddha, le Bouddha chinois de la prospérité

Les banians, ces arbres sacrés

 

Le banian, aussi appelé figuier des pagodes, arbre Bo, pipal, ou ficus religiosa est un arbre majestueux qui peut atteindre 30 m de haut, et plusieurs centaines de mètres de circonférence ! Avec ses racines aériennes qui descendent de sa cime touffue vers le sol, devenant des troncs, et ses feuilles en forme de coeur, le banian invite à  la méditation.

En Asie, on en trouve un peu partout : dans les villes, au milieu d’une route, devant un immeuble ou au milieu d’un parking et ils sont entretenus quotidiennement par des dévots venant y déposer quelques offrandes ou faire des prières.

En effet, c’est sous l’ombre d’un banian que Bouddha aurait atteint l’illumination. Et la Bhagavad-Gita en fait l’arbre de la connaissance suprême.

C’est un arbre doté d’une énergie particulière, que l’on trouve très souvent aux abords des temples, et qui peut vivre jusqu’à  1500 ans. Il a le pouvoir de calmer l’esprit, mais aussi de l’emmener très haut vers le ciel.

En Amérique du Sud il est appelé « l’arbre qui marche » car il semble avoir d’énormes pattes d’éléphant qui partent du « tronc principal ».

Quelques banians célèbres

Le plus connu et le plus sacré se trouve dans la ville sainte de Bodh-Gaya, au nord-est de l’Inde, ou le Bouddha atteignit l’éveil.

Le « grand banian » de Howrah, près de Calcutta en Inde. Son diamètre est de plus de 130 mètres.

Un autre Banyan célèbre est le Dodda Alada Mara à Bangalore.

 

Le banian entre dans la composition de nombreux remèdes ayurvédiques. On utilise sa sève, ses feuilles, ou son écorce.

 

Aidez nous dans notre action 1 euro = 1 arbre au Bengale !

 

 

Les enseignements du Bouddhisme

Le bouddhisme n’est pas une religion comme les autres mais plutôt une philosophie de vie.

« Mon esprit est mon pire ennemi ou mon meilleur ami »

Apprivoisez votre esprit, usez de la méditation pour vous déprogrammer de votre conditionnement.

Débarrassez vous des illusions que sont l’anxiété, la gêne, l’avidité, la haine, l’ignorance, la crainte, ou la colère.

Et familiarisez vous avec des états d’esprit positifs : le contentement, la patience, la bonté et la sagesse.

« Ne désirez que ce que vous avez déjà  ! »

Restez serein, acceptez les évènements sur lesquels vous n’avez aucun contrôle tels qu’ils arrivent, ainsi vous finirez par être en harmonie avec l’univers.

Une notion fondamentale que nous enseigne le bouddhisme est l’impermanence de toute chose. Il est donc important de ne pas trop s’attacher ni aux objets matériels, ni aux personnes.

« Celui qui est maître de lui même est plus grand que celui qui est maître du monde. »

Connaissez vous vous même : avec le développement spirituel vous pourrez regarder à  l’intérieur de vous et savoir qui vous êtes vraiment. »

Acheter des tentures Bouddha et des statuettes de Bouddha

Connaissez vous la différence entre le Bouddha Thaïlandais et le Bouddha chinois ?

il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c’est ainsi qu’on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances ou l’on doit honorer en autrui la croyance qu’on ne partage pas.
Ce n’est que quand l’homme aura de la compassion pour tous les êtres vivants, qu’il pourra se dire noble.

Autres Citations de Bouddha

 

 

« Happy Bouddha » : Le Bouddha chinois de la prospérité.

Le Bouddha de la prospérité ou Bouddha rieur (« Happy Bouddha » en anglais) ne doit pas être confondu avec Siddharta Gautama, le Bouddha historique !

Son origine remonte à la Chine du Xème siècle, sous la dynastie des Liang, ou un moine bouddhiste appelé Budai (prononcer boudaye) fut désigné comme une incarnation de Maitreya, le Bouddha du futur.

Budai était ventru, jovial, bon et généreux. Il est souvent représenté avec un sac rempli d’objets précieux ou avec une jarre toujours pleine de vin !

On le retrouve aujourd’hui dans toutes les maisons chinoises, ou il est considéré comme un porte bonheur apportant la chance ainsi que la prospérité matérielle et spirituelle.

On raconte que frotter le ventre de Budai apporterait richesse et plénitude.

Sa nature bienheureuse, son embonpoint et son éternel sourire ont fait de lui la divinité de l’abondance et du bonheur !

bouddha rieur arasia

Les enseignements du bouddhisme